Les filières agricoles

Objectifs spécifiques

Rentabiliser durablement les activités et les investissements des femmes

Lutter contre la coupe abusive de bois en générant d’autres activités économiques

Favoriser l’utilisation de techniques culturales respectueuses de l’environnement

Participer à la sécurité alimentaire : filière courte et diversification de l’alimentation

Participer à l'égalité des genres, par l'appui à des activités gérées par les femmes

Fiche technique - Maraîchage

Dembella - Parcelle des femmes

Depuis 2010, le village a octroyé à l'association des femmes de DEMBELLA une parcelle de près de 1 ha au bord de la retenue d'eau de DEMBELLA

En 2010, les femmes demandent au village l'octroi d'une parcelle de 1 ha près du barrage.
Activités : Riziculture en saison des pluies, maraichage en saison sèche

   

Appui de l'ARCADE :

- Clôture de la parcelle et semis de pieds de pourghère pour en assurer la pérennité et lutter contre l'érosion
- Transport : financement d'une charrette et d'un âne
- Irrigation avec deux pompes à pédales (vu les premiers résultats extraordinaires : 1 ha de produits maraichers !)
- Appui technique pour l'amélioration des productions

   

Mebougou

Clôture d’un jardin de 2ha, embauche et formation de jeunes du village pour ce travail, sous la direction d’un chef d’équipe de Sikasso.

Participation du village pour renforcer la clôture afin d’empêcher l’intrusion des chèvres dans la parcelle.

Suivi de gestion de l’association des femmes, renforcement de la confiance des membres, qui ont adhéré en masse à l’association dès les premiers mois de suivi de la gestion.

  

Commune de BLENDIO

2009 : Appui à la constitution d’une union des femmes de toute la commune, le R.A.F.C.R.B.

2013 : Etudes géoélectriques pour les futurs aménagements hydrauliques, afin d’assurer un approvisionnement en eau durable sur les parcelles.

2013-2014 : Appui au montage d’un projet de filière échalote : conservation, transformation (séchage solaire), conditionnement et commercialisation en ville (en partenariat avec la Fondation de France - CFSI)

Structuration des autres associations villageoises de femmes pour mettre en place des jardins maraichers, recherche d’appui complémentaire auprès de leurs ressortissants, participations aux réunions, etc.

N’Tiobougou

Clôture d’un jardin de 3ha, embauche et formation de jeunes du village pour ce travail, sous la direction d’un chef d’équipe de Sikasso.

Règlement par les femmes de la répartition équitable des parcelles entre les membres dans l’enceinte clôturée, alors que certaines travaillaient déjà sur ce terrain avant la clôture, et d’autres à l’extérieur.

Equipement pour l’irrigation avec deux pompes à pédales, puis en 2016 une adduction d'eau avec 12 bassins d'irrigation..

Suivi de gestion de l’association.

     

Niamakouna

Clôture d'un jardin de 2ha et adduction d'eau avec 8 bassins d'irrigation.

Parcellaire et répartition entre les membres, parcelles collectives pour expérimenter de nouvelles productions ou techniques.

Formation à la gestion associative.

Suivi de gestion de l'association.

Fiche technique - Culture de l’arachide

Dès les premières années, l'ARCADE a soutenu cette production pour son très bon rendement, en aidant les associations des femmes de plusieurs villages à cultiver l'arachide (boeufs de labour).

  

Fiche technique - Transformation

Aider les femmes à apporter une plus-value à leurs productions et à transformer les produits pour les conserver et enrichir l’alimentation toute l’année :

Confitures, coulis de tomates, pâte de goyave (pâte de fruits).

    

Produits séchés à l'aide de séchoir solaire simples et intégrés : échalotes, poisson, tomates, bananes, et bientôt mangues.

     

Méthode : expérimentation et démonstration dans la cour de la base et dans la famille du chef de projet, implication de quelques femmes, qui ont ensuite repris les techniques à leur compte et les transmettent à d’autres femmes.

Cette intégration est renforcée par la présence d’outils au CIAGE : diaporamas de formation présentant les techniques utilisées, livrets de cuisine africaine pour leur utilisation dans les plats quotidiens.

Jusqu’à arriver au projet collectif des femmes sur la commune de Blendio, pour sécher leurs productions d’échalotes.

Cela à travers la construciton d'une unité de transformation de l'échalote, permettant de mieux conserver, et surtout de valoriser leurs productions, à travers une filière courte.

   

   

En savoir plus sur la transformation des produits

Actions d’accompagnement

Nous commençons à mener tout un travail de réflexion et d'accompagnement autour de la gestion des filières, et pas seulement de la production : la conservation, la transformation, le conditionnement, la promotion et le transport des produits, jusqu'à la commercialisation en circuit court.

Nous travaillons aussi sur le terrain, en appui aux associations, pour échanger avec elles sur leur fonctionnement et sur leurs techniques agricoles. Pour cela, Moussa, notre chef de projet - ingénieur agronome - se rend régulièrement sur les parcelles pour travailler sur des techniques respectueuses de l'environnement, et pour échanger avec elles.

   

Nous apportons également une attention particulière au suivi de gestion : le gestionnaire-comptable du CIAGE rentre chaque semaine les opérations comptables, vérifie la correspondance avec la caisse, produit des bilans et une analyse financière claire une fois par an, pour faciliter les prises de décisions de l'association et permettre aux femmes d'améliorer leur gestion.

Nous essayons aussi d'apporter aux femmes une ouverture sur l'extérieur : rencontre avec d'autres associations féminines, participation aux foires régionales et nationales, venue d'une délégation du pays dogon.

  

Spécificités des réalisations

Travailler dans un esprit de développement durable pour assurer la fertilité des sols dans la durée

Assurer des ressources en eau pérennes.

Ne pas s’arrêter à la production, mais travailler avec les femmes sur toute la filière : conservation, transformation, commercialisation.

Encourager l’utilisation de techniques respectueuses de l’environnement, qui sont souvent aussi moins couteuses :

- fumure organique


- lutte anti-érosive, lutte contre le vent et engrais organique grâce à la plantation de haies de pourghère sur le pourtour des jardins. Les noix de pourghère peuvent ensuite être transformées en biocarburant, et les résidus permettent de faire du savon et des tourteaux d’engrais.

Résultats

Emulation et structuration des femmes

Suite aux premiers projets réalisés, de nombreuses femmes se sont organisées en association et commencent à mener des activités.

En 2018, nous suivons la gestion de 7 associations féminines.

A Niamakouna, la réussite de leur projet de maraîchage les a motivé à se lancer dans de nouvelles activités, tel que la pisciculture.

Arachide

La culture de l’arachide est déormais pratiquée dans tous les villages. C'est une culture de rente, qui participe aussi au renouvellement des sols.

Maraichage

- Un exemple pour tous les habitants du village qui ont accru leurs efforts pour l'entretien de leurs propres parcelles
- Une motivation des femmes qui se ressent dans leur participation de plus en plus active aux activités du village et aux réunions
- Une amélioration et une diversification de l’alimentation (lutte contre la malnutrition)
- Une nouvelle source de revenus pour les femmes : à N’Tiobougou, dès la première année, la seule vente des feuilles d’échalotes a généré 1 724 000 Fcfa de recettes (soit 2628 €, ce qui représente 25% des frais d’aménagement du jardin) et une production de 4,5 tonnes d’échalotes, auxquels s’ajoutent de nombreux autres produits maraichers.

- Face aux résultats obtenus, de nombreuses associations féminines d’autres villages souhaitent mettre en place des projets de maraichage et d’irrigation (à l’étude)

- Constitution à Blendio du R.A.F.C.R.B., une Union des femmes de toute la commune.

Transparence de gestion

Confiance accrue des femmes dans les associations suivies, avec une forte hausse du taux de recouvrement des cotisations, et l'adhésion de nouveaux membres.

  

Approche genre

Implication des autorités villageoises et communales

Participation des jeunes des villages pour les tâches difficiles comme le défrichage et le labour

Participation des ressortissants (semences, appui pour l’irrigation, etc.)

Mise en confiance des femmes, qui se sentent plus concernées, proposent désormais de nombreux projets et osent prendre la parole en public.

    

RETOUR HAUT DE PAGE